Pour pouvoir réaliser vos découpes et gravures, une jolie image créée avec Paint, Photoshop ou The Gimp n’est malheureusement pas adaptée. Sur un écran, un ligne c’est un ensemble de pixel mais dans la vraie vie, une ligne c’est… une ligne ! Et ce qu’on veut c’est découper des pièces dans la vraie vie.

Pour cela, il y a les logiciels de dessin vectoriel dont Inkscape est un représentant gratuit et open source qui n’a pas à rougir face à ses homologues payants.

Vectoriel, c’est à dire ? Cela signifie qu’on ne va pas travailler avec des outils pour produire un joli canevas de pixels, mais pour produire des formes, des courbes, des aplats… Plutôt que d’enregistrer la couleur de chaque pixel, on va enregistrer des points et des courbes issues de fonctions mathématiques… mais n’ayez crainte : vous n’aurez pas de maths à faire. C’est l’ami ordinateur qui se charge de tout ; il est là pour ça.

Du coup, c’est cela qu’il nous faut pour créer des tracés qui pourront ensuite être lus par nos machines pour découper et graver vos objets.

Et là, vous avez installé Inkscape, et vous vous retrouvez face à une page blanche : l’angoisse ! Pas de panique. On est là. Vous ne serez pas des pros d’Inkscape à la fin pour autant, mais vous aurez toutes les clé en main pour vous aventurer dans l’interface sans vous perdre.

C’est parti !

Au milieu : l’espace de travail


Espace de travail

Cet espace immaculé, c’est votre feuille où vous allez dessiner des formes, où vous allez les triturer pour obtenir le résultat souhaité.

On s’y déplace de haut en bas avec la molette de la souris, de gauche à droite en associant la touche et la molette de la souris.

En utilisant la touche avec toujours cette satané molette de la souris, vous pourrez zoomer et dézoomer.

Vous vous êtes perdu dans l’immensité blanche de l’espace ? Si vous appuyez sur la touche 4 du pavé numérique ou + 4 si vous n’en avez pas, l’interface recentre la vue sur votre dessin (sauvé !).

A gauche : les outils


Outils

Vous situez assez intuitivement ce qu’est un outil. C’est quelque chose que vous tenez dans votre main, qui vous permet de tracer, de mesurer… bref, un objet qui a une action localisée et c’est votre main qui décide d’où.

Et bien avec Inkscape, c’est votre souris qui détermine où ; donc, en sélectionnant un de ces outils et en cliquant sur votre espace de travail, vous allez influer dessus.

Par exemple, cette icône vous permet de créer des rectangles. Lorsque vous survolez un outil, Inkscape vous dévoile ce qu’il fait (et le raccourci clavier pour l’utiliser).

Un petit détour en bas, la barre d’information :


Un truc génial avec Inkscape, c’est qu’il veut vraiment vous aider ! Si vous jetez un oeil dans la barre tout en bas, vous verrez qu’il vous indique ce que vous pouvez faire avec l’outil sélectionné.

Maintenez la touche ou : le texte change. Et oui ! Chaque outil peut s’utiliser de plusieurs façons. Dans le cas de l’outil rectangle, la touche permet de dessiner le rectangle à partir du centre plutôt que du coin, la touche quant à elle permet de dessiner des rectangles avec un rapport largeur/hauteur fixe. Le mieux c’est d’essayer ! Personne ne vous en voudra !

A droite : les options d’aimantation


Il est parfois ardu voire carrément impossible de pointer avec sa souris un point de manière exacte. Les options d’aimantation aident à cela. Lorsque vous activez telle ou telle option, cela signifie que votre curseur va s’accrocher à tel ou tel élément de votre dessin lorsqu’il en est proche.

L’aimantation se manifeste de cette façon :

Lorsque vous voyez cette petite croix avec le nom de l’élément, vous savez que vous êtes positionné dessus.

Maintenant, il y a plein de termes dans ce menu qui peuvent paraître obscurs et leur définition sort un peu du cadre de cet article. Ce que je peux vous conseiller en revanche, c’est d’activer toutes les options d’aimantations. Si votre curseur s’aimante sur un élément nommé par exemple « noeud » et que vous ne le souhaitez pas, il vous suffira de désactiver cette seule option d’aimantation.

En bas, le bout de l’arc-en-ciel !


Et oui, cette jolie palette de couleur qui vous fait de l’oeil depuis votre arrivée, elle est bien ce à quoi elle ressemble. Un clic gauche sur une couleur l’assignera en tant que couleur de remplissage de vos formes. Si vous faîtes un clic droit, vous avez également la possibilité de choisir la couleur du contour.

Un point important pour nous : Pour des traits de découpe ou de gravure, cliquez simplement sur la petite croix rouge à l’extrémité gauche de la palette pour ne pas avoir de couleur de remplissage du tout. Un trait de découpe sera rouge, un trait de gravure vectorielle (gravure le long d'un trait) doit être noir. Si vous souhaitez graver une surface (gravure rasterisée), alors, il vous faudra réaliser un contour fermé en bleu.

Et le reste alors ?


Oui je sais, il y a tout un tas d’icônes et de menus en haut. Les deux sont intimement liés. Car, en effet, les icônes du haut reprennent pour la plupart, des éléments des menus. Pour autant, le détail de ces menus restera obscur tant que nous n’auront pas abordé certaines notions un peu plus précises. Ça viendra !

En attendant, dessinez un chat, le logo de votre futur blog, les plans d’un vaisseau interstellaire ou bien encore un magnifique envol de rectangles multicolores !

Et surtout, amusez-vous !

Pour aller plus loin, le site d’Inkscape contient d’excellents didacticiels :

Inkscape tutorial: Basique | Inkscape

Inkscape tutorial: Formes | Inkscape